Apple a réalisé un appel téléphonique il y a quelques heures avec une poignée de journalistes pour évoquer le cas de l’iPhone bloqué du tireur de San Bernardino et du FBI. Le fabricant n’avait rien dit depuis mercredi, jour où Tim Cook a publié une lettre ouverte sur le sujet.

Tim Cook

Selon Apple, le FBI a foiré son coup en modifiant le mot de passe du compte Apple utilisé sur l’iPhone du tireur. Ce changement a eu lieu 24 heures après que le gouvernement américain a pu mettre la main sur l’iPhone. Si le mot de passe n’avait pas été modifié, Apple aurait pu trouver une potentielle solution pour récupérer une sauvegarde iCloud récente et ainsi donner les informations demandées par le FBI. Mais comme le mot de passe a été changé, la sauvegarde ne fonctionne plus parce que l’iPhone a l’ancien mot de passe en mémoire. La dernière sauvegarde accessible par le FBI remonte au 19 octobre. La fusillade a eu lieu deux mois plus tard.

Des ingénieurs d’Apple travaillent avec le FBI depuis le début de janvier, mais aucune solution viable n’a été trouvée pour l’instant. C’est pour cette raison que le FBI demande une version spéciale d’iOS pour retirer les sécurités afin d’accéder à l’iPhone. Pour Apple, il s’agit d’un précédent dangereux.

Selon les mots d’Apple, une éventuelle version modifiée d’iOS pour retirer les sécurités permettrait au FBI d’accéder à l’iPhone de n’importe quel utilisateur, sans son accord bien sûr. Apple mise sur la vie privée, d’où le refus.

Mise à jour : Dans un tweet, le comté de San Bernardino déclare “Le Comté a travaillé en coopération avec le FBI quand il a réinitialisé le mot de passe iCloud à la requête du FBI”.