Ladar Levison est l’ancien Pdg de Lavabit, une société qui était à l’origine d’un client mail ultra-sécurisé et chiffré. Et Levinson sait de quoi il parle concernant le chiffrement et les rapports avec les autorités de justice puisqu’en 2013, l’ex-CEO a préféré fermer Lavabit plutôt que de fournir au FBI les clefs de chiffrement du service Mail.

th_lavabit

Radar Levinson a préféré saborder son entreprise plutôt que de donner les clefs de chiffrement au FBI

Pour Levinson, les implications des demandes du FBI  vont bien au delà d’un simple iPhone débloqué, ce qui l’aura d’ailleurs poussé à signer un Amicus de soutien à Apple, comme 40 autres chefs d’entreprises américains. Les arguments de Levinson sont simples et clairs : si Apple est obligé d’abdiquer, les utilisateurs d’iPhone pourraient être tentés de ne plus mettre à jour leur mobile de crainte de se retrouver avec un malware provenant de pirates ou du gouvernement lui-même (les documents de Snowden confirment d’ailleurs que le FBI et la NSA ont travaillé et travaillent sans doute encore sur des malwares iOS “invisibles”). Et si les mises à jour iOS ne sont plus installées, cela risque de nuire à la sécurité globale d’iOS puisque de nombreuses failles sont corrigées lors de ces mises à jour automatiques.

Surtout, Radar Levinson envisage bien pire encore et n’hésite pas à prévoir que si le FBI parvient à ses fins, de nombreuses sociétés américaines spécialisées dans le domaine de la sécurité informatique et du chiffrement pourraient tout simplement quitter les Etats-Unis; ainsi, la société Silent Circle a déplacé son siège social en Suisse où le droit à la vie privée et la confidentialité des données sont mieux “respectés”. On imagine pas vraiment Apple faire la même chose (il faut bien amortir le Campus 2) mais qui sait…